Archives mensuelles : novembre 2018

Frida: une aventure collective

En reliant les générations autour des défis propres à transition, FRIDA contribue à retisser le social en proposant divers types d’interventions souvent de nature culturelle ou artistiques. Rencontres, évènements, ateliers… le collectif propose une série d’initiatives autour du vivre-ensemble transgénérationnel, du lien aux autres et à soi, de l’économie circulaire et de la (dé)consommation responsable.

facebook_new_cover_mdd_1404

Lorsque j’ai rejoint l’équipe de pilotage, en novembre 2018, l’idée de fonder un café coopératif familial. Si le projet de café a été pour le moment mis de côté, les essentiels sont restés: convivialité, inclusivité, ouverture solidaire aux autres.

Voici le texte que j’ai rédigé au moment où j’ai intégré FRIDA; il reste assez actuel – à quelques nuances près, et explique, en partie, les raisons qui m’ont poussée à m’investir au sein de ce projet.

FRIDA ET MOI

« Être parent est une aventure indescriptible, pleine de joies, de surprises, de bazar. Mais pas que.

Une fois mère (je suis maman de deux jeunes enfants), la jeune femme que j’étais s’est sentie un chouïa isolée. Un peu dépassée. La fille active, un peu artiste, qui avait une vie sociale et professionnelle intense, épanouissante, s’est retrouvée sur le carreau.

Et pendant mes congés de maternité, c’était carrément, avouons-le, l’insupportable sensation d’être clouée à la maison.

frida_atelier

J’ai longtemps cherché un endroit accueillant, tranquille, où me poser en présence de mes enfants. Un endroit peinard où nous pourrions, parfois tous les quatre mais aussi à deux, ou à trois, le mercredi après-midi, ou le samedi matin, passer du bon temps, rencontrer des gens, bouquiner, découvrir de nouveaux jeux, participer à des échanges… dans une ambiance détendue.

Un endroit où je puisse me sentir relax, parce qu’une maman a commencé à raconter des histoires et que du coup, je peux souffler un peu… ou répondre à un mail. Un endroit où je puisse être à l’aise, même si le petit parle un peu fort, ou qu’il a envie de danser. Où, en jettant un œil sur eux alors que je suis en pleine conversation avec une nana super sympa avec qui je me découvre plein d’affinités, je puisse me dire « Cool, le grand apprend un nouveau jeu avec un nouveau copain ! » Et devinez quoi ? J’ai pas trouvé.

FRIDA_ok.indd

Après avoir bossé presque dix ans dans des « structures classiques » (entendez hiérarchie pyramidale et ses dix milles tonnes d’absurdités), j’ai éprouvé le désir d’investir mon énergie dans un projet plus en phase avec mes valeurs fondamentales : écoute, bienveillance, coopération, entraide, écologie, partage.

Et là… Je suis tombée sur Frida.

Et j’ai complètement flashé sur le projet. Ouvrir un café ? Coopératif ? Et familial ? À Bruxelles? Je ne demandais pas mieux. Bosser avec des nanas hyper chouettes, pleines d’énergie, motivées, talentueuses ? Que rêver de plus ? Organiser ou animer des ateliers d’échange de pratiques et d’éveil autour de thématiques plus intéressantes les unes que les autres ? Non peut-être ! Participer à la construire d’un autre modèle économique, plus juste et solidaire ? Je n’attendais que ça.

Et me voilà embarquée dans cette nouvelle aventure, des idées plein la tête et, dans le cœur, une folle envie de vous rencontrer et de construire avec vous, j’espère, le demain de FRIDA. »

FRIDA EN QUELQUES MOTS

Frida est un café coopératif familial en projet. Cette super initiative, imaginée par Catherine Detaille, est portée par deux autres super chouettes mamans, Aurélie Bertozzi (co-fondatrice de Marcel & Fifi) et Laurence Langlois. »

Pour ceux qui auraient envie de voir de quoi il en retourne… Suivez les fils de Frida.

EN SAVOIR PLUS

http://frida.brussels/

https://www.facebook.com/frida.brussels/

https://www.instagram.com/frida.brussels/

 

 

 

 

 

Quel monde du travail voulons-nous?

participation_VS_participation

Il y a deux semaines environs, j’ai participé à un module sur le modèle coopératif animé par SAW-B. Impossible à résumer, cette session m’a permis de comprendre les grands axes du mouvement coopératif et, surtout, d’envisager en quoi ce mode d’organisation constitue une réelle alternative à notre modèle économique actuel, et cela à long terme. Je posterai tout de même d’ici quelques jours un aperçu plus complet de ce qui me semble essentiel à retenir de cette journée passionnante.